samedi 1 octobre 2011

Runaway

Il existe une authentique princesse des mille et une nuits, et c'est mon amie.
Pas de doute, je suis vraiment en Orient. Et j'aime ça. Princesses (les femmes Iraniennes sont magnifiques), couleurs, accueil, saveurs, odeurs, tout y est.Je passe une journée formidable en compagnie de Vesal et Roya.Visites de mosquées et musées, emplettes diverses...

Un dernier petit coucou a ma famille de Tabriz
Mais les temps sont durs pour les princesses. D'un côté, on les contraint en permanence, port du voile, interdictions diverses et variées, et d'un autre côté, comme j'en ai été témoin, des goujats se permettent en pleine rue dans la foule de leur mettre une main aux fesses! 









Mais la réaction de Vesal a été si rapide, une monumentale claque que le cuistre n'a pas vue venir, que je lui demande si ça arrive souvent. Oui, tout le temps me répond-elle. A Ardabil, tout le temps. Et il me sera confirmé plus tard qu'ailleurs aussi.Comme si tout n'était pas suffisamment difficile...






 Le mot Anglais qui est dans toutes les bouches, est runaway! C'est le leitmotiv des jeunes . Qui veulent fuir le manque de libertés, la repression, les contraintes quotidiennes.

Interdiction d'écouter ou jouer du rock: musique satanique. Ceux qui veulent en jouer quand même, doivent se cacher, même de certains de leurs congénères, qui les dénonceraient comme suppôts de Satan!
 Interdiction de regarder autre chose que les chaînes gouvernementales (contournée). Filtres sur Internet interdisant l'accès à de nombreux sites (contournés).
Ralentissement volontaire du débit Internet.








Les futurs couples qui désirent se connaitre un peu mieux avant le mariage et réussissent à déjouer les surveillances dont ils sont l'objet, pour une simple promenade en voiture par exemple, tremblent et surveillent frénétiquement leurs rétroviseurs, et les alentours.
Interdiction de se parler, même à l'université mixte, mais les SMS, mails, chats, et appels sur mobiles vont bon train...








Bientôt ce ne sera même plus mixte. Le président y veillera...
La plupart des étudiants, n'étudient que pour pouvoir un jour s'échapper et trouver un emploi à l'étranger.
Et même s'ils adorent tous leur pays, la question insoluble semble être: comment peut-on être Persan? A notre époque, sous ce gouvernement.






Et les jeunes ne sont pas les seuls à la poser. Les grands frères s'inquiètent pour l'avenir de leurs petits frères, les parents pour leurs enfants, et tout le monde en général.

 Comme cette femme rencontrée dans un bus en ville, qui s'enquiert auprès de Vesal de savoir qui je suis et d'où je viens. Et lorsqu'elle est renseignée me demande de l'emmener avec moi à mon retour, et de la marier à l'un de mes fils pour la sortir de là.

La salle des lampes. Des lampes etaient deposees dans chacune des niches.




Alors je préfère tout de suite vous prévenir les enfants: va y avoir du boulot! Poussez les murs de la maison, faut installer un harem!
Lors d'une pacifique manifestation afin de sauver un lac aux alentours de Tabriz, certains ont été arrêtés et condamnés à plusieurs mois de prison, et leurs amis, sachant ce que ça représente, tremblent pour eux. Une fois en prison, plus de nouvelles, plus même de preuves de vie pour la famille.








Et certains, la trentaine déjà passée, installés dans la vie, la douceur même, et pacifistes jusqu'au bout des ongles me déclarent tranquillement; il va falloir que notre sang coule, pour sortir de cette situation.


Pas tres pratiques pour la randonnee, mais j'aime beaucoup.




En conséquence, le pays se fait de moins en moins religieux, comme le regrettent surtout certaines personnes âgées, croyantes et pratiquantes en toute simplicité.
Trop de religion a tué la religion. Peu de gens respectent le ramadan, et les préceptes imposés. Beaucoup moins qu'en Turquie finalement.



Je ne saurais pas dire ce qu'il y a dans cette pate touillee dans de grand chaudrons, mais c'est tres sucre.

Les femmes de la génération précédente, prient tranquillement à la maison, sans ostentation, plusieurs fois par jour. Les hommes également, répondent à l'appel du muezzin, étonnament discret en ville. Mais les jeunes résistent.



Et si vous vous mariez, vous aurez le droit d'acheter un beau miroir comme ca! Mais il n'y aura pas le reflet de la jolie Vesal a l'interieur...



Puis, comme toujours, je quitte la ville, et suis accueillie par des familles à la campagne et en montagne.
Et là, autres discours, autres comportements.
Pas de satellite, ils se cantonnent donc aux trois ou quatre chaînes officielles, qui diffusent défilés militaires, prières, et informations filtrées à longueur de journée.
Pas d'Internet, et directives du gouvernement suivies à la lettre. Même à l'intérieur de la maison, foulard en permanence, sauf lorsqu'on est entre femmes. Mais si le mari de l'une d'elle frappe à la porte, c'est la course folle dans la ruche. Moi je reste bêtement médusée, me demandant dans un premier temps la raison de ce remue-ménage, jusqu'à ce que l'une d'elle me jette prestement mon foulard sur la tête. Chacune ayant récupéré son voile, se couvre rapidement.



Et vous pourrez acheter de jolies robes.




Et même la nuit, s'il faut traverser le salon dans lequel dorment les hommes pour aller aux toilettes, il faut se rhabiller des pieds à la tête, foulard compris, au cas où l'un deux ouvrirait un œil endormi.
Et malgré toute leur gentillesse, lorsque je m'avise, encore naïvement, de prendre une photo lorsque nous sommes entre femmes, et qu'elles se lâchent et dansent, le père, qui m'avait vue prendre mon appareil, frappe à la porte, et dit à sa fille de m'interdir de les photographier sans foulard, et d'effacer les photos dejà prises.

Alors que dans d'autres familles ça ne pose aucun problème.











Et lorsqu'ils me déclarent adorer la France, terre d'accueil de l'ayatollah Khomeyni, et plus particulièrement Neauphle le château, et qu'ils ne manquent pas un meeting de leur président, littérallement adoré d'eux (traité de singe partout ailleurs), un ange passe, je ne sais que répondre. Malaise.



Cherchez l'erreur...



Mais assez parlé politique, même si c'est LE sujet inévitable. Je préfère m'étonner et m'amuser des différences qui peuvent sembler dérisoires, et qui pour moi font toute la saveur des particularités propres à chaque pays. Comme la façon de préparer ou boire le thé. Théière posée sur d'immenses samovars, puis thé servi dans un verre posé sur une soucoupe assez grande. Une partie du thé trop chaud est versé dans la soucoupe, qui est bue en premier, ou renversée à nouveau dans le verre. Et le sucre, en morceaux très denses cassés au préalable avec un marteau, et posé entre les dents, le thé se sucrant au passage dans la bouche. Heureusement ce thé est généralement moins fort que celui des Turcs, et peut se boire sans sucre. Car avec cette technique, on est vite amenés à utiliser jusqu'à 4 sucres par verre. Et à raison d'une demi-douzaine de thés par jour, diabétiques s'abstenir!




Koloor.
S'il est difficile, dans la rue, de trouver autre chose que kebabs et riz, dans les familles la nourriture est délicieuse. Le hãsh, potage décliné sous plusieurs formes mais souvent à base de lentilles, les plats de légumes et viandes, servis avec posés en vrac à côté, olives, gousses d'ail entières, oignons coupés en deux, qu'on dépiaute avec les doigts et mange crus.
Typique du versant sud de l'Alborz. Super aride, avec d'etroites vallees verdoyantes.


Et bien sûr, des tas de supers gâteaux, et sucreries en tous genres. Dattes fondantes à tomber par terre, sucre candy, halva, lait aux dattes, lavashak (tatoulavash d'Iran)...
 Evidemment, il n'y a pas que la nourriture. Les mariages, comme celui sur lequel je suis tombèe par hasard dans un petit village de montagne, et auquel j'ai ètè convièe, les bains de mer toutes habillèes, les endroits innatendus où l'on peut camper...
Mais le plus étonnant de tout, restant toujours la curiosité, et l'hospitalité des personnes rencontrées.








Quoique le système des taxis soit vraiment étonnant aussi, et parfaitement déroutant. Pour moins de 40ct, vous pouvez traverser la ville, dans un taxi partagé. Ce sont des particuliers, des centaines, qui sillonent la ville, et ralentissent aux points stratégiques, la vitre ouverte. Vous lancez le nom de votre destination, et si ça lui convient, il s'arrête. D'autres passagers se joignent à vous. Lorsque certains descendent d'autres montent, et il avance ainsi, toujours rempli à bloc.










Très difficile à gérer pour un touriste, mais il y a toujours quelqu'un pour vous prendre par la main. Et ce n'est pas une image. Lorsque qu'une femme a décidé de vous chapeauter, elle ne vous lâche plus la main tant qu'elle ne vous a pas accompagnée jusqu'à votre porte ou confiée à quelqu'un d'autre.




Alors que j'approche de ce village, il me semble entendre de la musique. Hallucination?


Non, j'ai beau parler toute seule parfois, je ne suis pas encore folle. Ouf!




En dépit du manque de cartes, j'ai réussi à arpenter une petite partie de l'Alborz d'ouest en est durant quelques jours, et vais tenter une traversée de la montagne depuis la Caspienne, du nord au sud, entre Tonekabon et Qazvin. Mais si j'ai été très chanceuse jusqu'à présent en ce qui concerne la météo sur le  versant nord habituellement très arrosée, le temps est revenu à la pluie, et je ne me vois pas traverser une nouvelle rainforest pendant 4 ou 5 jours avant de rejoindre le versant aride. Ce qu'ils appellent ici la jungle! Ce qui veut tout bêtement dire forêt. Et au début, ils ont failli me faire peur, en me disant qu'il était très dangereux de traverser la jungle. Je m'imaginais un truc terrible. Mais c'est juste une forêt. 


Un mariage a lieu, auquel je suis immediatemment conviee. Ici, le clan des hommes.
Le principal problème reste la pluie. A voir...Puis, dans quelques semaines j'aimerais bien me promener également dans la chaîne du Zagros, mais il y a tant de choses à voir, d'amis à aller visiter, et les distances sont si énormes, que l'organisation de tout ça demande réflexion...
Et la, les femmes. Je n'ai pas realise au debut. et me suis tranquillement installee avec les hommes.
Car lorsque vous rencontrez quelqu'un, il vous invite chez ses parents, famille, amis, d'un bout à l'autre du pays. Rien qu'un petit détour pour le Kurdistan pour retrouver Shlyr et sa collègue, représente deux nuits de bus aller-retour.
Arrivee des cadeaux.


Defile des cadeaux.


Les maries, qui ont du rester immobiles alors que l'on dansait devant eux, dansent a leur tour.
Les femmes dansent autour de la mariee. Aujourd'hui elle est en rose, mais demain elle sera en blanc.


Et les hommes autour du marie.




On danse avec des billets dans les mains, qu'on se repasse de danseur en danseur, et sont jetes sur la tete des maries en signe de prosperite.


Puis ils embrassent le Coran.
Au revoir petit village de terre. Je dois avancer, et apres une tres courte nuit de sommeil dans une chambre bondee, je reprends ma route. Je en verrai pas la mariee en blanc.


Je suis restee le plus longtemps possible sur le versant ensoleille, mais je dois me resoudre a passer de l'autre cote. Les nuages ne depassent jamais la crete, et ca se joue parfois a quelques metres, mais des que vous passez le col, vous etes assures de trouver brouillard et pluie.


Nous y voila.


Sport national, pipe a eau.


Pratique par tous.


J'apercois enfin le village de Masouleh, car la veille, a mon arrivee, le brouilard etait trop dense.


Puis, a Fuman, je m'apprete a dormir dans ce parc, lorsque je rencontre 4 jeunes femmes, avec lesquelles je vais passer deux jours formidables.


.
Dans ce parc en ville, vous pouvez louer cette cabane pour la nuit, gardee, et avec acces aux toilettes et eau. Cher. Quelque chose comme 7 euros!


ICI SE TROUVAIT UNE PHOTO DE MES AMIES DANS LA MAISON SANS FOULARD. PHOTO RETIREE A LA DEMANDE DU FRERE DE SHLYR.

Trop geniales les filles!
Un petit tour chez les pecheurs, fatigues, pour commander du poisson, puis, plage!


Sauf qu'il faut se baigner toute habillee. Comme Shlyr, qui restera au moins trois heures dans l'eau. Elle a beau etre tres chaude, je ne suis pas tentee.


Le maitre nageur veille.


Un trempage de pieds dans la Caspienne suffira pour moi. Je peux meme me permettre cette tenue tres denudee, en tant que touriste!
Et cette homme tres gentil leur offira un tour de fusee...







Le pique-nique prevu pour le dejeuner dehors, se fera finalement a d10h du soir, dans un appartement prete en bord de mer.


He oui, maintenant je donne des conferences...



Elles ont toujours l'air de vraies princesses!
Et être sur la route en Iran, quelque soit le moyen de locomotion, est une activité à haut risque!
Ils ont un nombre record de morts par jour, et sur un parcours  d'une heure environ, il n'est pas rare de croiser un ou deux accidents ou accrochages.  Hier encore, en ville, devant moi, un piéton s'est fait heurter violemment le genoux par une voiture, qui a continué tranquillement son chemin.


Ce chauffeur de bus la plupart du temps, fume d'une main, telephone de l'autre, tout en regardant un dvd!

Je suis vraiment terrorisée dès que je mets les pieds dans une voiture.
Les plus beaux moments, restent ces instants de complicité et d' intimité entre femmes, et j'aimerais tant qu'elles aient toutes la possibilité de venir me rendre visite un jour en France. Elles donnent tant, et sont si joyeuses et généreuses.

13 commentaires:

  1. Une si grande culture, une tradition d'hospitalité immense, et le ciel qui leur est tombé sur la tête.

    Splendides photos de la musée, de la montagne aride, et toujours ses scènes du quotidien.

    Merci Françoise et bonne route.

    RépondreSupprimer
  2. J'attendais ton billet avec impatience!!!! Le voilà!
    Quelle chance nous avons de pouvoir suivre ta route et faire connaissance avec ce pays!

    Je suis heureuse de voir que l'hospitalité n'a pas été entamée par ce régime si dur avec ses citoyens.

    Merci Françoise de nous montrer que les frontières ne sont pas infranchissables.

    Bonne route et à bientôt!

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup
    Marlies

    RépondreSupprimer
  4. Lydia PLE Jean-Luc HADZAMANN2 octobre 2011 à 22:18

    J'avais découvert lors de notre passage chez toi en Ardèche(avec Jean-Luc) que tu étais une sacrée marcheuse, mais là...
    Nous suivons tes aventures depuis plusieurs semaines déjà et savourons tes photos et commentaires.
    Merci de nous faire découvrir ces contrées lointaines avec leurs us et coutumes même si je tremble pour toi quelquefois.
    Bonne route, bon courage et surtout fais bien attention à toi.
    Biz+ Lydia

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour
    Merci de me faire voyager. Avez vous eu des problèmes avec la censure ?
    Avec tous ces kms il en faut des chaussures!
    Encore merci pour ces magnifiques photos, et n'oublions pas les textes du carnet de route
    Alors toujours droit devant
    Courage et prudence
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Françoise,
    J'ai raté quelques épisodes, mais je suis heureux de te savoir toujours plus motivée que jamais, et de nous rapporter des témoignages si positifs dans des contrées qui ne m'inspiraient que peu d'optimisme...
    Fais attention à toi (à tes genoux aussi... :-)) bonne route.

    Mathieu G

    RépondreSupprimer
  7. Toujours vaillante et j'ai l'impression que tu t'éclates de plus en plus. Tes billets et photos sont un plaisir !
    Longue et Bonne route.
    Mykeul

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Françoise
    Que de diversités dans ce voyage ! La différence entre les pays est flagrante mais les comportements des individus très proches.
    Merci pour les photos et récits pleins de vérité et d'humour.
    Bonne continuation et que votre bonne étoile vous guide.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. Je lis tes notes comme un roman, je savoure, j'apprends, je regarde, je trouve que c'est à la fois beau, humain, et intéressant. On en apprend des choses...
    Tes princesses sont très jolies. Je leur souhaite une belle vie. Et la possibilité de te retrouver en France un jour. Tu imagines la belle fête que ça pourrait être ? La fête des rencontres.
    Le chauffeur de bus est impressionnant. Brrr...

    RépondreSupprimer
  10. Francoise!
    this is your best post yet! i love the photos and the insight into the Persian culture.
    did you stay in one of the cabins in the park?! and i love the lifeguard photo!
    have you been groped by men?
    i hope to see you soon!
    lisa x

    RépondreSupprimer
  11. tu es toujours aussi radieuse, souriante et on devine des étoiles dans les yeux, tout ça grace a de belles rencontres qui prennent le pas sur les moments plus difficiles (car il doit y en avoir) c'est une extraordinaire aventure

    RépondreSupprimer
  12. Longtemps sans nouvelles.
    J'espère que tout va bien ?
    Une pensée pour toi.

    RépondreSupprimer
  13. Je rattrape le temps perdu et me désole de constater qu'un si merveilleux pays meurt de tant de rigueurs gouvernementales et que tant de femmes en pâtissent ! Je suis très touchée par ta photo de la jolie princesse emprisonnée dans son miroir et la salle des lampes est vraiment magique.

    RépondreSupprimer

N'hésite pas, un petit commentaire ça fait toujours plaisir!(il sera mis en ligne un peu plus tard, c'est normal)