vendredi 16 septembre 2011

Armenie, le sud. Et bonjour Iran!

 Quelques kilometres avant le village d'Ararat, m'apercevant sur la route, Hayro m'interpelle, et m'invite a me reposer dans le paradis du melon. Je n'ai plus le droit de bouger, je dois me reposer dans la paillote, en savourant ses delicieux melons et pasteques en compagnie de mes amis dindons.
 Puis je suis invitee pour la nuit, et sa soeur Jemma me dorlotera telle une mere poule.
Hayro devant sa maison, au milieu du mais qui seche

Enfin le Mont Ararat se devoile. En zoomant vous pourrez peut-etre decouvrir des vestiges de l'Arche de Noe, qui sait?...
 Au matin, Hayro me deposera au monastere de Khor Virat pour une petite visite, a une centaine de metres de la frontiere Turque sous haute surveillance. Ce sacre Mont Ararat, symbole de l'Armenie, est un sujet encore tres brulant, suite a son "annexion" (certains diront vol), par la Turquie.
Chacun son truc pour ne pas quitter son poste de vente de melons au bord de la route.

 Puis, une traversee en auto-stop, jusqu'a Sissian, pour avoir l'occasion de traverser de belles montagnes, grace aux renseignements que me donneront Ben, a Sissian, et Joel, a Lor. Tous deux encore une fois membres du peace corp dans de petits, voire minuscules villages.

Ce voyage en auto-stop a defaut de me faire mourir dans un accident, a bien failli me faire mourir d'une crise cardiaque. Deux fous du volant, entre 120 et 160km/h sur les routes de montagne, dont malgre leur beaute je ne ramenerais pas de photos... trop accaparee par la surveillance des vehicules doubles ou croises.
Lors de la pose dejeuner, le conducteur s'enfile une bouteille de vodka, et j'en profite pour reprendre mon sac, et les informer que je m'arrete la.
 Finalement son ami, un poil plus prudent (110-140), prendra le volant, et nous conduira a bon port. Y'a pas a dire, je suis moins en danger avec les ours!
Zohrats Kar, champs de Menhirs d'il y a 7500 ans.







Eglise de lor, 300 habitants.


Blotti dans la vallee, Lor, alors que je m'eleve a la recherche du col pour passer vers Tatev.

La colonne oscillante du monastere de Tatev, qui fut un centre d'enseignement tres important.


Tatev, entre gorges et montagnes.

C'est parti pour deux jours du petit raccourci a travers la montagne, entre Tatev et Kapan. Deja un long chemin parcouru, mais il me reste encore quelques centaines de metres a gravir. 1100m en tout.
Une fois parvenue au col, je cherche un endroit ou planter la tente. Seule un lieu humide me permettra de planter les piquets de ma tente. Couchee sous un ciel limpide, je m'eveillerai dans le brouillard.
Et dans la nuit, pour eviter trop de condensation, je laisserai la porte de la tente ouverte.
Mais vers trois heures du matin, un crapaud s'invite. Reveille en sursaut, je le regarde, surprise. Il me fixe. C'est alors que je comprends: seuls au monde. a 2600 metres d'altitude, un crapaud, pres de moi...
Et oui, je suis sure que les filles ont compris les premieres! Je lui donne donc un baiser.
Et bien entendu, miracle, il se transforme en prince charmant! C'etait formidable!
Bon alors les filles qui ont cru ce que j'ai ecrit plus haut, vous etes vraiment trop naives! Comme moi. Je l'ai embrasse, et me suis retrouvee avec des pustules partout!

Bon, allez, j'aime bien les contes de fee, mais je l'ai simplement dirige vers la sortie en attrapant une de mes sandales. Ben oui, je sais, c'est moins romantique!
Et du coup, je ne saurais jamais ce qui se serait passe si je l'avais embrasse!

Le brouillard se dissipe, et je decouvre la gorge que je descend depuis ce matin.

Premiere maison, apercue du haut du chemin

Zabella et Derenik m'y invite et m'offrent gite et couvert
 En parlant de couvert, je crois que j'ai du manger six fois ce jour la. C'etait un dimanche, et toute la famille est passee, ainsi qu'un bon nombre d'amis. Et a chaque visite, un nouveau service. Et je DOIS manger. Mais c'est tellement bon, que je ne me fais pas prier, surtout apres trois jours de marche montagnarde et allegee en nourriture...
 A partir de petites prunes sauvages de toutes les couleurs qu'on trouve partout sur les chemins, ils font une sorte de puree, etalee en fines couches, puis mise a secher. Tout d'abord etalee, puis suspendue. A dechirer plus tard, et machouiller comme un chewing-gum. Le tatoulavash.
Aussi plat que les lavash, pains en forme de crepes de grand diametre, qui sont mon ordinaire avec le fromage.
La fin de la descente, magnifique, quoiqu'un peu oppressante.

Et une derniere eglise, a Meghri, derniere ville avant la frontiere Iranienne. Profitez-en, je n'en rephotographierai pas de si tot!
Grace a Muhamad, rencontre une semaine plus tot a Yerevan, et me rejoint apres la frontiere, je me rends a Tabriz, ou je suis accueillie par ses parents. Son jeune frere s'occupe de moi en son absence, visite de la ville, mais aussi aide en tous genres: negociation des prix pour achats style foulard, reparation chaussures, change, carte telephonique... Je suis a bonne ecole pour un mode d'emploi du pays, et apprentissage de la langue. Car ici je peux me debrouiller en Turc, mais il me faut rapidement apprendre un minimum de Persan.

Ce camion n'est pas vraiment representatif du parc automobile Iranien, plus recent dans l'ensemble que celui d'Armenie...

 Et quelques rudiments d'ecriture, notamment les chiffres arabes, assez simples finalement. Comme me l'ont dit les peace corps d'Armenie, le seul interet de cette langue, qui n'est parlee nulle part ailleurs, c'est qu'apres, toutes les autres vous semblent faciles.



Je suis choyee par sa famille, sa maman m'accompagne chez le coiffeur (la coiffeuse, evidemment), ce qui serait mission impossible sans aide. En effet, ces officines, en plus de n'etre annoncees que par des panneaux uniquement en lettres arabes, sont dissimulees aux yeux du monde.
 Je suis encore une fois un animal etrange, prise en photo par les autres clientes, avec mes cheveux coupes courts. Mais le pire semble etre que je refuse l'epilation des sourcils, element indispensable pour correspondre aux canons exiges. Le visage etant la seule partie visible, avec les mains et les pieds objets de tous les soins egalement, il est impensable de sortir non maquillee, epilee et tout et tout...
Le bazard, spacieux et clair. Rayon tapis.
Ces tableaux n'en sont pas, ce sont des tapis encadres. Certains sont magnifiques.

Tous styles de sujets


Le rayon bijoux

Une partie de ma garde rapprochee a Tabriz



J'ai eu bien du mal a quitter ma famille d'adoption pour partir vers l'Alborz, chaine de montagne jouxtant la mer Caspienne.
 Mais deja je suis accueillie par la delicieuse Vesal, rencontree dans le bus, et sa grand-mere.
Vesal est etudiante a Ardebil, et sa grand-mere doit venir habiter avec elle, car il est interdit qu'elle reste seule en ville. Je ne peux pas mettre de nouvelles photos pour l'instant, vous ne verrez donc pas ces deux merveilleuses personnes, mais peut-etre une autre fois...

9 commentaires:

  1. C'est trop interessant ce que tu ecrit. j'atends deja le nouveau blog et aussi les photos :)
    Gute Reise
    Marlies

    RépondreSupprimer
  2. Te voilà donc en Iran, un pays de plus au compteur. Regarde par dessus ton épaule tout le chemin déjà parcouru. Incroyable, non ?

    Je te souhaite donc une belle traversée de l'Iran avec encore de belles rencontresz et de splendides paysages.

    Merci pour la dernière livraison de photos.Je retiens particulièrement la fin de la descente, les tapis encadrés, et la pâte de prunes.

    Petit encouragement depuis l'aude.
    (Tu as bien fait de ne pas embrasser le crapaud)

    AniLouve

    RépondreSupprimer
  3. Encore bravo ! merci pour ces belles photos qui nous font voyager aussi. Bon courage de la part d'une Ardéchoise qui suit ce blog avec curiosité et admiration.

    RépondreSupprimer
  4. Voilà de tes nouvelles...

    Je lis et je voyage au travers de tes images. J'aime également ton humour qui toujours vient se nicher dans l'un de tes commentaires de tes photos!

    Je suis épatée par cette rapidité d'apprentissage de la langue dont tu nous fais part. Est-ce que finalement c'est quelque chose qui se développe au fil des mois, au cours du voyage, une compétence qui naît du besoin de communiquer???
    Peut-être nous expliqueras-tu prochainement?

    Merci Françoise pour tes billets qui sont toujours passionnants!

    RépondreSupprimer
  5. voilà bientot 10 mois que tu es passé par chez nous, et quel chemin tu as parcouru depuis......
    merci encore de nous faire partager ton voyage, ton aventure. avec toujours autant de bonheur et d'admiration de te suivre.
    Clein d'oeil au crapaud c'est beau aussi les contes de fées! mais le réel est tout aussi beau et surprenant.
    Bises et a très bientôt.
    Carine

    RépondreSupprimer
  6. hi Francoise,
    your photos are beautiful! i want to see Ararat! i included some photos of you in my blog...i hope you don't mind? i hope to see you in Iran, though i am still waiting to hear if i get a visa!!
    i am going to do some hiking in England next week...it won't quite be the same as our Georgia hiking, but maybe there will be as much rain!
    lisa xxx

    RépondreSupprimer
  7. ce périple est tout simplement magnifique
    les photos rendent bien le côté grandiose des paysages
    tu ne sauras jamais ce que lui as raté en ne faisant pas la bise au crapaud

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Françoise
    Quel beau voyage ! Les souvenirs s'accumulent et les contacts sont toujours aussi enrichissants.
    Le monastère de Tatev doit son nom à une légende.
    L'architecte qui le conçut se trouvant coincé dans l'édifice pria Dieu de lui donner des ailes pour en sortir ! "Asdadz ta tev" veut dire "Dieu, donnes-moi des ailes" et c'est ainsi que se nomma le monastère...
    Maintenant, c'est l'Iran, un pays où la religion est toute autre avec ses contraintes, y compris pour les étrangères. Chaque pays a sa particularité et chaque homme reste un humain avec son devoir d'hospitalité.
    Bonne continuation avec toute mon amitié.

    RépondreSupprimer
  9. Toujours des photos magnifiques, les champs de menhirs en particulier sont splendides, et le monastère, et les paysages, et les pierres, et le mont Ararat, et et et...
    Mais je regrette que tu n'aies pas photographié le crapaud. C'est pas juste, tu prends les princesses et pas les princes ! ;)

    RépondreSupprimer

N'hésite pas, un petit commentaire ça fait toujours plaisir!(il sera mis en ligne un peu plus tard, c'est normal)