mardi 6 septembre 2011

Un petit detour par le nord

DEUX MESSAGES ENVOYES EN MEME TEMPS, NE PAS LOUPER LES VIDEOS, MESSAGE PRECEDENT...

Je quitte Gyumri, pour Vanadzor, ou Michael, couchsurfeur Americain engage dans les peace corps, m'attend. Il parle bien Armenien, et m'aide beaucoup a enrichir mon petit lexique...
Il donne ici des cours d'Anglais.
 J'ai de la chance, car c'est un grand marcheur et autostoppeur, qui me donne plein de conseils et astuces. Il m'incite donc a visiter le nord de l'Armenie, mais plus a l'est. C'est la que sont tous les plus beaux monasteres, dans un environnement montagnard grandiose.

 Ok, c'est parti! Ce n'est pas du tout sur mon chemin, mais je rattraperai ca de quelques coups de stop...
Danse improvisee a Vanadzor
Ici ce n'est pas le the qui est roi, c'est le cafe.

Et les epices, mais toujours savamment doses.

Les pains


Encore des fromages, mais decidement je les trouve trop rigolos.

Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans tout ca!

Si on m'avait dit qu'un jour je serais contente de voir  des panneaux ecrits en Russe pour comprendre quelque chose!

Vanadzor, tres Russe.

Dans chaque ville, il y a une sorte de "Wonderland", aux attractions desuetes.






Meme les Ladas se sont fait une beaute pour le mariage.

Pique-nique avec des temoins de Jeovah. Ils ont bien un peu essaye de me prendre la tete, et je suis repartie avec prospectus, comme il se doit, et nourriture, comme d'habitude...

Et au milieu d'une petite route, loin de tout, un casino.

Je deviens une droguee de la mure dans cette region.
Hou, que voila une jolie cabane pour passer la nuit!

Plus qu'a installer mon duvet, et zou!

La bonne nuit que je vais passer avec les puces!

Mais la vue pourrait etre pire...
Au matin, ce petit monastere, eclaire par le soleil semble m'appeler.


Canyons, canyons, et recanyons...

M'y voila.

Et oui, on surveille son troupeau a cheval, mais quand le portable sonne, on repond, meme au galop!

Adieu petit monastere au fond la-bas.
Brulis.

Je ne sais pourquoi, mais cette voiture noire seule en plein soleil, m'evoque un film d'espionnage des annees 60, avec Lino Ventura par exemple

Eglise d'Odzoun.

Le village d'en face, qui semble a portee de main, est sur une autre rive. Il faut redescendre 5km en lacets, puis 5km sur le plat en bas, puis remonter 5km. Chaque village est sur une veritable ile-plateau.

Monastere de Sanahin. Centre de rayonnement culturel au Xeme siecle.
Et enfin, une serie de Kachkars, croix sculptees dans la pierre, uniques en Armenie. Il y en a partout, et de toutes sortes.


Interieur du gavit, espace commun, situe avant l'entree de l'eglise, pave de tombes.


Trop mignons!

Ca y est, vous en avez eu assez des kachkars?

Autre fierte du village. Il est la patrie d'Artem Migoyan, l'inventeur du Mig.

Interieur d'une camionnette qui m'a prise en stop. Un vrai poeme. En panne plusieurs fois, nous avons redemarre en marche arriere en descente dans un virage, il a mis des tas de trucs dans son moteur en fumant a cote juste apres, mais je suis finalement arrivee a bon port.
Donc, apres quelques jours de marche, je passe en mode mixte, marche-stop, pour rejoindre le lac Sevan.
 Il semble qu'en Armenie il y ait deux niveaux.
 Celui des gens qui roulent en gros 4X4 tous neufs avec les vitres teintees (ceux qui ne te prennent jamais en stop), et les possesseurs de Lada ou equivalent. Pas de juste millieu.
 Seulement une difference entre Lada neuve et Lada hors d'age...
Ca aussi ca roule!
Eau et gaz dans le petit village d'Aghpat.

Meules.

Reserve et biblliotheque, la temperature convenant bien a la conservation des livres et denrees.

Monastere d'Aghpat.

Au bout du champs, le ravin.

J'ai cru acheter une boite de poisson, style sardines ou thon, mais c'est un pate de poisson. Bof.

Au matin, juste apres mon petit dejeuner, Razmik arrive. Il est tres intrigue par tout mon materiel. Il se demande ce qu'il y a dans ma bouteille. De l'eau lui dis-je.
 Il me regarde alors avec commisseration, et s'installe, deballant le contenu de son sac, dont il sort une petite bouteille remplie d'un liquide egalement transparent, mais qui n'est pas de l'eau. Il ne comprend pas trop pourquoi je dedaigne le coup de gnole de 8h du matin, et me propose alors son casse-croute de la journee.
 Je n'ose pas tout refuser, et le deleste donc d'une tomate et d'un oeuf dur, reussissant a lui faire conserver pour lui-meme, le pain, le fromage, le concombre... et l'alcool. Si je l'avais ecoute, il serait reparti sans rien.

 Pourquoi est-ce toujours les plus demunis qui donnent le plus?

Mais je dois me preparer, me changer, toilette, ect..., et il reste la a me regarder, fascine.
Heureusement quelques vaches baladeuses tentent des escapades, dont je profite subrepticement pour continuer a me preparer.
Razmik le berger.

Le soleil est toujours un peu long a percer.

Monastere fortifie d'Akhtala.
A Akhtala, je rencontre un pretre super gentil, qui me fait l'honneur de la visite avec tout l'historique de son eglise, y compris l'episode ou les musulmans ont decouvert la cachette des fuyards, grace a un bebe dont ils ont entendu les cris dans la double paroi.
 Ils ont tire un boulet de canon dans le plafond, qui a defigure la vierge Marie, mais est ressorti sans abimer l'eglise d'avantage.
 Bon, ils ont tue tout le monde, mais l'eglise a tenu le coup! Un miracle parait-il.
 Moi j'aurais plutot trouve miraculeux que tout le monde soit sauve, mais bon.
Il me propose egalement de camper sur le terrain de l'eglise si le coeur m'en dit. Mais il est trop tot, et je repars. Dommage.
L'interieur de la tour secrete, destinee a fuir l'envahisseur, avec marches de pierre.

Ces eleves du village, vetus de noir et blanc couleurs exigees par les ecoles, me donneront un esquimau et un Sprite. Tant que c'est pas de la gnole!


Et dans la vallee, les anciennes (et une encore en activite), mines de cuivre.

Hbach, qui m'a prise en stop, et invitee a dejeuner, et sa famille. Sa jolie femme n'a pas besoin de mots, pour m'expliquer qu'elle est tres fiere de sa cuisine flambant neuve, d'autant plus qu'ils sont les seuls a avoir l'eau courante dans le village. Mais la presence de ses beaux parents, qui ne pensent qu'a manger, lui pese.
Un petit detour de 16km aller-retour dans cette foret, croyant y trouver un monastere, mais ce ne sont que quelques pierres.

<><>

Penetrant tard dans cette foret, le garde, sourd muet, ou habitue aux touristes, me mime qu'il faut que je parcoure encore 5km pour trouver un abri.
Je lui explique que j'ai une tente, mais il mime alors l'ours, l'attaque de l'ours, avec grognement et tout, plus vrai que nature, pour bien me faire comprendre ce qui m'attend.
Ce qui m'attend surtout, c'est, dans cet espace "protege", une quinzaine de camions dont je croise le chemin (chemin defonce par ces aller-retours et rendu impraticable), ramenant bois et hommes a travers la foret.
Des engins datant de l'ere sovietique, qui font trembler la terre bien avant qu'on ne les voit. Tres impressionants.
 Et les paquets d'hommes juches sur le bois, qui font de grand signes pour me demander ce que je fais la, allant vers nulle part dans la foret, alors que la nuit ne va pas tarder a tomber.
Finalement, je dormirais quand meme sous ma tente, la seule cabane que j'ai trouvee, menacant de me couvrir de puces encore une fois.
Le garde forestier m'a tellement mise en garde contre les ours, que je suspends encore une fois nourriture et cosmetiques pour la nuit...

Impossible de se perdre, il y a un panneau!

Ha ils en sont fiers de leurs ours!
Pique-nique avec ces deux compagnons qui m'ont prise en stop. Il y a tout au lond des routes, des sources et des espaces de pique-nique. Mais celui-ci etait tres original, au beau milieu d'un pont, bien que manquant un peu de sieges...


Cette mer n'en est pas une, c'est le lac Sevan.


Monastere de la peninsule de Sevan.

Derriere ces montagnes, l'Azerbaidjan. J'avais envisage de faire le tour du lac par la route le longeant, ou plus haut dans la montagne, mais on m'en a dissuade. Il y a de temps en temps quelques balles perdues entre militaires des deux pays.

Heu..., je me passerai de mon verre de lait ce soir.

Sans rancune?

Tout autour du lac, des sortes de plages privees, avec espaces pique-nique a la queue leu-leu.
Statue dans Yerevan.

Me voila arrivee a Yerevan (ou Erevan), ou Diane, encore une fois couchsurfeuse Americaine donnant des cours d'Anglais, m'accueille. Nous visitons la ville ensemble car elle n'est en poste que depuis deux semaines ici, et nous rendons a une reunion de couchsurfing.


Cette reunion me permet de rencontrer des Iraniens, qui me donnent encore quelques informations precieuses sur le pays.
Un immense marche de peinture se tient dans un petit parc.


L'opera de Yerevan.




Place de la republique.

Groupe de musique Armenienne et son chanteur.
Mere Armenie

Couchsurfeurs posant pour la posterite...

Yerevan sous nos pieds, et dans la brume, le Mont Ararat. Mais ce n'est pas aujoud'hui que je pourrais apercevoir l'arche de Noe!



Le temple de Garni.

Et la vallee qui y mene.

Le monastere de Geghard


Avec egalement des eglises et cellules troglodythes.

La mosquee bleue d'Erevan.
 Alors que je visite la mosquee et ses jardins, je rencontre encore un Iranien, qui me propose de m'aider lorsque je passerai a Teheran.
 Et alors que nous buvons un the, il me traduit tout un tas de phrases qui me seront utiles et qu'on ne trouve pas dans les guides de conversation. Comme: "Je viens de France en marchant, et je vais en Chine..."


Je ne sais encore, a l'heure qu'il est, si je fais prolonger mon visa Armenien de 21 jours, ou si je quitte le pays avant le 13 septembre. Stop ok, dons divers sur le chemin, invitations a dejeuner, mais pas d'hospitalite pour la nuit jusqu'a present. Beaucoup de nuits sous tente.

 Je suis plutot tentee de filer vers l'Iran. Je viens a nouveau de recevoir le message d'un ami qui y est, et m'en a encore chante les louanges...
Et je dois peut-etre passer la frontiere avant que les Francais ne soient interdits de sejour, suite aux recentes declarations belliqueuses de notre president a l'egard de l'Iran.

11 commentaires:

  1. Une merveilleuse aventure, merci à Pastelle pour le lien, comme elle je ne me plaindrai plus du poids de mon sac....à très vite

    RépondreSupprimer
  2. Quel bonheur de te suivre encore dans ton aventure, quel plaisir les photos, les petites histoires, ton courage qui se moque des ours. Mais pas des puces ! ;)
    Comme quoi...
    J'aime tout particulièrement le mec à cheval avec son portable, et le portrait du berger Razmik, magnifique, avec ta petite phrase :
    "Pourquoi est-ce toujours les plus demunis qui donnent le plus?"
    J'aime aussi l'humour de ton excuse à la vache, et les vieilles pierres, et les paysages, et ton sourire...
    Merci encore une fois de nous faire partager tout cela.

    RépondreSupprimer
  3. Comme dans un roman photo je partage vôtre périple
    Du pain et du fromage que l'on partage
    Mais aussi la découverte de "l'autre"
    Encore merci - Bonne route et à bientôt
    Ps: j'aime la vidéo << moment dans une église...>>

    RépondreSupprimer
  4. Une moisson de photos enchanteresses. Je ne sais plus ou donner de la tête. Il y en a tellement que j'aime.

    Le garde sourd muet en train de mimer l'attaque de l'ours, cela a dû être un grand moment.
    Mais ce sont finalement les puces qui attaquent. Sales bêtes !

    Bonne continuation Françoise.

    RépondreSupprimer
  5. Zut pour les puces!!! C'est vraiment la plaie tant c'est désagréable.....

    J'aime les photos: Razmik le berger et celle en dessous, des photos de monastère, le lac, etc...

    Un vrai bonheur de suivre ton voyage et te lire!!!!! De l'humour mais aussi plein de sérieux: préparatifs pour l'entrée en Iran.
    Car voyager comme tu le fais, c'est très sérieux sous des aspects de totale liberté....

    MERCI Françoise!

    RépondreSupprimer
  6. Tout simplement époustouflant et extraordinaire
    Respect ma p'tite dame et tous mes encouragements pour la suite
    je suis béate d'admiration, les photos sont superbes

    RépondreSupprimer
  7. moi je t'admire.. je suis scotchée par ta témérité

    comment passe tu toute seule une nuit , comme ça dans une cabane, et auvec le risque de l'ours , en plus....

    et j'admire tes reportages, on voyage avec toi, c'est merveilleux
    je sais depuis longtemps combien tous ces pays sont chaleureux et acceuillants, j'ai deux oncles arméniens par mariage qui ont épousé mes tantes maternelles grecques...
    regarder tes photos est pure délice

    j'y retourne , et en arrière encore ..;

    bonne continuation , et encouragements pour la suite à venir :-)

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Françoise
    Toutes ces photos et impressions me ramènent trois ans en arrière lors de mon voyage là-bas, pour la première fois !
    Shanahin, Aghpat, le musée du Mig, le lac Sevan et Erevan en contraste avec ses voitures noires et ses Lada délabrées nous ont laissés des souvenirs impérissables.
    Les gens avec leur gentillesse spontanée et toujours prêts à partager sont flattés de voir une française seule et courageuse, conquérir leur pays :-)
    Je peux traduire le panneau dans la forêt, il dit :"Soyez respectueux de la nature et préservez notre patrimoine".
    Je crois que l'hospitalité est universelle car nous avions aussi rencontré un iranien, dont j'ai toujours la carte de visite, qui nous a invités à aller en Iran !
    Je pars pour une dizaine de jours mais dès mon retour, je viendrai lire les nouvelles étapes.
    Bonne route avec toute mon admiration !
    PS : comment va Philippe ? mieux j'espère.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Françoise
    Je viens de te découvrir grâce au blog de Pastelle et j'ai parcouru ce billet avec plaisir. Photos, commentaires, tout est beau !
    Je ne m'imagine pas dormir seule dans une cabane au bout du monde. Je te trouve bien courageuse. Ou inconsciente.
    Mais pour avoir fait aussi maints voyages je sais comme les rencontres, les découvertes, les partages, les sourires, sont éblouissants et enrichissants !
    Bonne et longue route à toi.
    Gros bisous de la Chriss sur son îlet à l'île de La Réunion
    (c'est pas sur ta route mais qui sait... un jour...)

    RépondreSupprimer
  10. coucou francoise
    quel plaisir de te lire , de voir tes photos de suivre ton parcour. plus que déterminée! nous t'accompagnons par nos pensées bonne route.
    Carine et sa famille de grasse

    RépondreSupprimer
  11. oh memories of Yerevan. and our shared time at the blue mosque. yes i will go back to the Caucasus one day, to walk like you had done. max

    RépondreSupprimer

N'hésite pas, un petit commentaire ça fait toujours plaisir!(il sera mis en ligne un peu plus tard, c'est normal)